Sélectionner une page

La plupart des opposants politiques au Rassemblement National, qui s’érigent davantage en citoyens du monde qu’en citoyens français responsables et patriotes, s’indignent ouvertement du manque d’ouverture quant à la politique migratoire de l’Europe et en particulier de la France. “ Nous devons en accueillir toujours plus, nous n’en faisons pas assez…. Il faut que la France face un effort….,. et de surenchérir « nous ne pouvons pas les laisser se noyer ; il faut, par devoir pour l’humanité, les sauver ; car la France est la patrie des droits de l’Homme “.

L’humanisme du XIV et XV ème siècles a abouti à l’élaboration et à la mise en action au XVIII du principe des droits de l’homme et du citoyen. Le dernier terme est souvent oublié. Cette doctrine a eu pour conséquences la modification voire la disparition des régimes monarchiques ou autocratiques. Mais cette même doctrine a été utilisée sous la III ème République pour accepter ce qui allait de soi, c’est à dire la domination des autres : “ Les Races supérieures ont le droit et le devoir de coloniser les races inférieures “ Jules FERRY.

Notre époque voit désormais l’ancien pays colonisateur à son tour colonisé. Et par humanité le fameux pronom impersonnel “ Il faut “ devient dans la conscience collective “ Il doit “, culpabilisant au passage celui qui au fond de lui-même pense qu’il n’est pas nécessaire de les accueillir voire de les secourir. Car il n’est pas nécessaire de venir en aide à des gens clandestins qui, lorsqu’ils seront sur notre sol nous dirons : “ Vous nous devez ça “ non pas par humanité mais par devoir et obligation. “ Il me faut une maison” nous avait déclaré l’un d’eux.

Qui m’interdirait de penser que le choix qu’ils ont fait de venir en Europe n’est pas exempt de dangers, au même titre que de prendre sa voiture pour aller travailler. Quelles raisons aurais-je d’aller les sauver de la noyade ? « Vous n’avez donc pas de cœur ! », nous gueulerons dessus les jeunes retraités de l’éducation nationale avec écharpe et pantalon en lin. Si, j’ai du cœur pour la France, pour tous les citoyens qui sont dans l’obligation de quitter les faubourgs des grandes villes pour aller chercher la sécurité, la salubrité, la tranquillité et l’assurance de voir et de trouver dans les campagnes encore peuplées de français, l’espérance d’une vie meilleure. De retrouver un peuple uni par des racines et une culture commune. Et ceci englobe tous ceux qui sont devenus français par amour de ce pays, qui se sont battus pour ce pays, qui se sont battus pour s’intégrer sans désintégrer la communauté nationale.

Par humanité pour notre nation et son devenir je n’irai pas les sauver, car ces migrants n’ont de la France que la vision de revenus faciles, la perception pornographique de la femme, l’assurance de s’intégrer dans une communauté qui haïra la France pour ce qu’elle inspire et respire, qui imposera ses coutumes, qui ne supportera pas les principes fondamentaux de notre République : Liberté, Egalité, Fraternité ou La Mort. Ils ne se battront pas plus pour notre pays qu’ils ne se sont battus pour les leurs.

Ne demeurons pas paralyser par ce slogan humanitaire et affirmons notre volonté de n’accueillir que ceux qui le méritent, de sauvegarder notre ciment national qui se fissure devant cette intellectualisation dégénérée si méprisante de nos valeurs dont on suggère l’archaïsme. Pour eux, l’évolution de notre civilisation doit passer par le mélangisme, la substitution démographique, par la soumission et l’apathie. Les intellectuels des médias aspirent à ces malheurs mais ils le font tout simplement par humanité….


Mickaël PALLAC
Délégué de la 2ème Circonscription
Délégué de canton 18

Voir tous les articles de l’auteur