Sélectionner une page

Il y a deux ans, le père Jacques Hamel été égorgé lors de la célébration d’une messe, simplement en raison de sa foi.

Quelques jours après l’attentat islamiste de Nice et ses 86 victimes et 250 blessés, la barbarie islamiste franchissait un nouveau palier en commettant ses atrocités dans un lieu de culte catholique.

Si les hommages sont certes indispensables, ils ne permettront pas à eux seuls de protéger les Français.

Le meilleur, le plus bel hommage que l’on puisse rendre au père Hamel et à toutes les victimes, c’est de mener – enfin – une guerre contre l’islamisme sans la moindre faiblesse, sans la moindre hésitation.


Arnaud FAGE
Délégué Départemental Adjoint
Délégué de la 1ère Circonscription

         

Voir tous les articles de l’auteur